"Mallarmé invite... Pincemin"

Les variations de Jean-Pierre

Texte de Pascal Commère, "Le jardinier de Mallarmé"

IMG_4304_edited_edited_edited.jpg
IMG_4306_edited.png
IMG_4305.HEIC

ISBN 978-2-9568270-1-6 - Parution juin 2019 - Nouvelles et 12 reproductions - Format 18x24 cm - 12 € TTC

Vendu au musée Stéphane Mallarmé (77, Vulaines-sur-Seine)

 

"Manque de chance il pleuvait, et ça ne tombait pas bien. Je ne parle pas de la pluie qui, elle, tombait dru. Mais de cette drôle d’histoire, à laquelle je me trouvais subitement mêlé et qui justifiait que je fusse à Valvins. Ce jour-là, sous la pluie. 

Une visite, je dois le dire, que je m’étais promis.Depuis belle lurette, sans jamais me décider. Remettant à plus tard. Plus tard, toujours plus tard… Peut-être parce que les choses qui nous obnubilent on les garde pour soi, en retarde l’exécution. Des fois qu’on ne tiendrait pas à se reconnaître dans la glace. Livide, vous voyez ça. Je ne parle pas pour moi. D’autres n’auront pas manqué de s’y intéresser, s’aventurant jusqu’ici. De Paris c’est facile, suffit de suivre la Seine. Pour qui s’en tient au train c’est à peine moins direct, mais tellement prometteur. Descendre à Fontainebleau. Rien de moins qu’un pèlerinage, en somme. Sauf qu’en cette occasion je n’étais sûr de rien. Le sacré par chez nous est rarement accessible par les voies ordinaires. Et qu’il pleuve et qu’il vente, les dieux se terrent dans leur abri. J’en étais resté là. Où j’en étais déjà, un mot somme toute – Valvins." 

Extrait du texte "Le jardinier de Mallarmé" de Pascal Commère